Usine du futur : enjeux de l’Internet Industriel des Objets (IloT)

Usine du futur : enjeux de l’Internet Industriel des Objets (IloT)

Selon une étude menée par IndustryARC, le marché de l’IoT Industriel devrait atteindre une valeur totale de près de 124 milliards de dollars d’ici à 2021, soit une croissance de 21% entre 2016 et cette date. Une autre étude de Strategy& PWC prévoit que d’ici 2020, quatre entreprises sur cinq auront numérisé leurs industries en Europe, avec un effort annoncé de 140 milliards d’euros par an. Qu’est-ce que l’IloT ?  L’IloT désigne l’Internet Industriel des Objets. L’acronyme est né sur la base de l’Internet des Objets (IoT ou Internet of Things, IdO en français) appliqué au secteur de l’industrie. L’IloT comprend notamment le Big Data, le machine-to-machine ou M2M, à savoir la communication entre machines sans intervention humaine et grâce à une technologie tierce (RFID notamment), ainsi que le machine learning. source L’Internet Industriel des Objets consiste à faire communiquer entre eux et avec les personnes différents objets connectés dans la chaîne industrielle. Par exemple, une machine va pouvoir échanger avec un objet et savoir s’il doit être coupé, manipulé ou encore renvoyé vers une autre machine… simplement en communiquant avec lui !  Les objets peuvent être des pièces, mais aussi des matières premières ou ébauches, qui vont en dialoguant pouvoir indiquer quels traitements ils doivent recevoir.  Sont donc concernés les machines et les différents terminaux communicants, mais aussi les infrastructures, les experts, les clients ou encore les fournisseurs qui interagissent avec les données. Les apports principaux de l’Internet Industriel des Objets  L’Industrial Internet of Things peut apporter de nombreux atouts : Un gain important de productivité; Une vue à 360° sur les opérations; Un suivi des actifs en...
La prise en compte du facteur humain dans  les projets de développement

La prise en compte du facteur humain dans les projets de développement

Prendre en compte le facteur humain dans les projets, en particulier dans le secteur de la Défense, implique de spécifier les exigences qui permettent la prise en compte de l’utilisateur final dans le développement des équipements et outillages concernés. Il peut notamment s’agir des éléments suivants : Ergonomie physique (poste de pilotage, manutention d’équipements); Ergonomie visuelle; Prise en compte du stress opérateur dans les opérations; Interaction homme machine (IHM); Interprétation des données; Prise de décision… Cette réflexion est de plus en plus présente, au point que de nombreuses entreprises décident de créer un service dédié pour anticiper et gérer les facteurs humains. En réalité, évoquer ce thème implique deux sujets : le facteur humain à proprement parler (ergonomie, etc.), mais aussi la psychologie des utilisateurs finaux au travail. Des indicateurs sont souvent mis en place chez les clients, ce qui implique de bien intégrer cette dimension dans la manière de gérer chaque projet de développement. Cela fait naître de nouveaux items de spécification qui n’existaient pas il y a encore 5 ou 10 ans. Comment retranscrire de manière optimale une information ? Comment bien l’interpréter, à partir de quels symboles ? Comment raccourcir le processus entre l’homme et la machine, afin  que la compréhension de l’opérateur et ses prises de décision soient facilitées ? Ces questions évoluent aussi avec l’essor du numérique : réalité virtuelle et augmentée, tablettes, écrans… on trouve désormais des éléments plus visuels et ergonomiques, sur les postes de commande par exemple. Bien que l’on parle ici du secteur de la Défense, la problématique du facteur humain peut se retrouver dans tous les types de sociétés. C’est le cas par exemple pour des activités de manutention, lorsque des personnes doivent porter...
L’aviation du futur : le projet HELIOS

L’aviation du futur : le projet HELIOS

Le projet HELIOS est un projet interne à AMETRA, développé dans le cadre de la nouvelle cellule R&D Ametra Research. L’objectif du projet est d’aboutir à un système de distribution 100% électrique pour les réseaux aéronautiques, ce qui inclut aussi la propulsion. Ces recherches s’inscrivent dans le contexte de l’avion plus électrique (More Electric Aircraft, MEA) Cadre, contexte et challenges du projet Helios Le but du MEA est, entre autres, le remplacement des réseaux de transmission de puissance hydraulique et pneumatique par de l’électrique. Pour cela il faut augmenter la transmission de puissance électrique et ainsi : augmenter le courant ou augmenter la tension; Le problème est que si l’on augmente le courant, on augmente aussi le volume et le poids des câbles. Ainsi, pour augmenter la transmission de puissance sans modifier le courant, on doit augmenter la tension. Sur cette base, des tests par paliers et selon différents scenarii peuvent être réalisés, en se posant par exemple la question : “sur 540V en continu au niveau de la tension réseau, que se passe-t-il?” L’un des points les plus impactants est le bouleversement au niveau de la tension du réseau. À l’heure actuelle, l’avion le plus avancé au sens du MEA est le Boeing 787, qui intègre du 270 V en courant continu en plus d’un réseau électrique conventionnel (115 V courant alternatif et 28 V courant continu). Les évolutions vont permettre de passer à 540 V continu, puis à 1000 V continu pour les gros porteurs. La question de la tension implique aussi des problématiques de maintenance et de sécurité. Des arcs électriques apparaissent déjà à 270 V en...
Pile à combustible multifonctionnelle dans l’aéronautique

Pile à combustible multifonctionnelle dans l’aéronautique

Via sa nouvelle cellule interne R&D AMETRA Research, le Groupe AMETRA travaille actuellement sur l’intégration des piles à combustible multifonctionnelles destinées au secteur aéronautique. Pour rappel, les piles à combustible (PAC) produisent du courant électrique en convertissant l’énergie chimique de la réaction de l’hydrogène et de l’oxygène. Cette réaction est l’inverse de l’électrolyse. L’intérêt de ce type de pile est que l’on fournit un combustible qui se mélange avec l’oxygène de l’air et permet d’obtenir de l’électricité, mais aussi de générer des sous-produits comme de l’eau, de la chaleur et de l’air appauvri en oxygène. Les objectifs européens définis par ACARE (Advisory Council for Aviation Research and Innovation in Europe ou Conseil Consultatif pour la Recherche Aéronautique en Europe) de réduction du bruit (-65% par rapport à l’an 2000), de réduction d’émission de CO2 (-75% par rapport à l’an 2000) et de NOx (-90% par rapport à l’an 2000) pour l’horizon 2050, s’inscrivent notamment avec les problématiques liées à l’Avion Plus Electrique (MEA). Au niveau de ces enjeux, la pile à combustible est particulièrement intéressante en raison de son caractère multifonctionnel. Son principal avantage est en effet d’économiser de la masse en réalisant plusieurs fonctions à partir d’un seul système. Pile à combustible multifonctionnelle, un potentiel considérable Le terme “multifonctionnel” signifie que l’on peut non seulement l’utiliser pour générer une puissance électrique afin d’alimenter l’avion, mais aussi pour générer des sous-produits qui vont remplir d’autres missions : eau pour les toilettes de l’avion, conditionnement de l’air dans la cabine, utilisation de la chaleur générée pour réchauffer les plats en cuisine… entre autres fonctionnalités. Là où la récupération de l’énergie de...
La R&D au cœur d’un bureau d’études

La R&D au cœur d’un bureau d’études

En matière de Recherche et Développement (R&D), les entreprises ont plusieurs options à leur disposition : faire appel à un contrat temporaire, à de l’intérim… ou bien opter pour un bureau d’études (BE) capable de mener à bien les recherches via une cellule dédiée. Les avantages d’une cellule R&D dans un bureau d’études Cette solution apporte une forte valeur ajoutée à différents niveaux : 1)   L’optimisation des délais, de la productivité et des coûts Opter pour un bureau d’études en charge de la R&D permet d’assurer que les compétences et collaborateurs sont entièrement dédiés au projet. Pour l’industriel, cela limite les coûts de formations et les éventuels investissements “externes” à l’activité. Une cellule R&D intégrée au BE offre aussi une forte adaptabilité à la charge. Cette souplesse permet aux industriels d’obtenir une vraie vision financière de leurs investissements, sans avoir à se soucier de la gestion des ressources humaines, des coûts supplémentaires qui surviennent fréquemment, des périodes où les besoins sont plus faibles ou, à l’inverse, en augmentation importante. Au final, chaque projet fait l’objet d’un accompagnement sur-mesure personnalisé et maîtrisé. 2)   Des capacités d’innovation remarquables Les compétences outils et techniques des ingénieurs permettent d’allier leur savoir-faire et spécialités à une forte créativité. Dans le cas du Groupe AMETRA, cette dimension est renforcée par une approche multi-niveaux et cross-sectorielle permettant de bénéficier de la fertilisation croisée et des retours d’expériences entre différents secteurs et projets. Décloisonnement des échanges et des perspectives, réflexions transverses sur de possibles transferts de technologies, de méthodologies, d’outils ou encore de compétences : la capacité à innover se trouve considérablement accélérée. 3)   La possibilité de...
AMETRA et PROTEOR accélèrent le développement des prothèses intelligentes

AMETRA et PROTEOR accélèrent le développement des prothèses intelligentes

Le groupe AMETRA et PROTEOR, leader français de l’orthopédie externe, innovent en travaillant conjointement sur la prothèse fémorale mécatronique Genou-Cheville-Pied. A la fois mécanique, hydraulique et électronique, cette « prothèse intelligente » constitue une innovation majeure sur le marché industriel médical.   Quand le leader de la prothèse rencontre l’expert en ingénierie… Fleuron de l’ingénierie française, le groupe AMETRA est spécialisé dans la conception de produits innovants pour l’industrie, dans les domaines de la mécanique et de l’intégration système. Nous accompagnons nos clients dans des secteurs aussi pointus que l’aéronautique, la défense, le nucléaire, le ferroviaire et le secteur médical. Nos ingénieurs interviennent sur de nombreux axes d’innovation :analyse de faisabilité du projet, recherche, conception et pré-dimensionnement, ou encore assistance à l’industrialisation… C’est dans ce contexte qu’AMETRA travaille désormais aux côtés de PROTEOR, leader français du marché des appareils orthopédiques sur-mesure pour handicapés physiques. La société PROTEOR développe en France et à l’international une gamme complète de produits et services destinés à compenser un handicap physique, temporaire ou permanent. L’objectif commun ? Concevoir un produit innovant qui améliore considérablement la vie du patient : « Apporter une solution innovante sur le marché, oui, mais aussi et surtout améliorer la vie des personnes en situation de handicap. Il ne faut pas perdre de vue que ce dispositif doit permettre à de nombreuses personnes de retrouver une vie active et dynamique. La synergie de nos savoir-faire est consacrée à cet objectif », explique Nicolas Piponniau, Chef du Bureau d’étude de PROTEOR. Par exemple, le fait de proposer une solution complète d’appareillage intégrant l’électronique permet  d’adapter le comportement de la prothèse aux différentes situations de la vie quotidienne : marche sur...
SOCIALICON
Linkedin
SOCIALICON