Le Groupement des Industriels Français de l’Industrie Nucléaire (GIFEN) est l’unique syndicat de la filière française depuis 2018. Il réunit plus de 180 membres aujourd’hui, parmi lesquels des grandes entreprises du secteur, des grands donneurs d’ordres, des ETI, PME, microentreprises et associations. Les différents types d’activités industrielles et domaines du nucléaire civil y sont représentés.

En agrégeant tous les acteurs industriels français au sein d’une seule et même organisation, le GIFEN a pour objectif de “soutenir le développement économique, de valoriser les savoir-faire et de renforcer la visibilité de la filière”. 

La visée est multiple : développer la filière nucléaire française en France et à l’international, et œuvrer à sa transformation tout en portant sa voix de manière unifiée auprès des pouvoirs publics. 

Pour ce faire, le collectif s’est doté de 8 commissions thématiques et d’un comité destinés à faire avancer les réflexions collectives sur différents sujets : 

  • Commission International
  • Commission Numérique
  • Commission Compétences et Formation
  • Commission Innovation et R&D
  • Commission Sûreté Nucléaire 
  • Commission Affaires Européennes
  • Commission Perspectives et Développement filière en France
  • Commission Communication
  • Comité Export du FIGE

Chaque commission élabore une feuille de route qui décline les orientations stratégiques arrêtées par le GIFEN et présente une fois par an ses actions devant le conseil. Porter la voix de la filière et la valoriser, bien gérer les enjeux importants que représentent les relations avec d’autres pays et entreprises internationales, promouvoir l’innovation, faciliter le recrutement… les missions d’accompagnement et de conseil du GIFEN sont donc multiples. 

C’est dans ce contexte qu’Ametra Group, expert en ingénierie dans le domaine nucléaire, participe aux groupes de travail de la commission Innovation et R&D. 

Ce type de groupe de travail a pour vocation d’être participatif, et de donner aussi bien la parole aux grands prescripteurs et donneurs d’ordres qu’aux ingénieristes et industriels de taille plus modeste. 

Partage de retours d’expérience, de visions, remontées de problématiques spécifiques, réflexions communes… une série de quelques réunions permet de faire émerger des fiches de projets. Une fois ces derniers validés par le GIFEN, voire par l’État, certains sont labellisés et d’autres rencontres sont organisées pour travailler sur les sujets retenus, à l’image par exemple de la constructibilité de l’EPR 2 et la définition des réacteurs du futur. Il peut aussi s’agir de thématiques comme la transformation écologique de la filière, la fermeture du cycle des combustibles ou encore le recyclage des métaux.

Voici quelques exemples de chantiers stratégiques pour la commission R&D : 

  • promouvoir l’énergie circulaire
  • travailler sur les outils et réacteurs du futur… 

Les réunions se tiennent en moyenne tous les mois. La participation systématique des membres n’y est pas obligatoire, mais il est important d’y être. Cela permet d’y voir plus clair, d’être davantage dans l’anticipation que dans une position où l’on risque de “subir’ les projets et évolutions à venir dans le nucléaire.

Cela permet notamment à Ametra Group d’échanger régulièrement avec un grand nombre de personnes et d’entités, que ce soit dans notre environnement au sein de la chaîne (ingénierie, industriels, clients…) ou tout simplement pour entretenir des relations avec un microcosme de haut niveau. C’est aussi l’occasion de faire passer des messages (ce qui peut aboutir à un projet), de partager les difficultés ou interrogations du moment, d’apprendre tout au long de l’année grâce à ces groupes de travail. 

L’un des sujets importants pour nous est par exemple le problème de la traçabilité des exigences. Nous souhaiterions, en l’absence de contexte donné, obtenir une traçabilité plus certaine, comme c’est le cas dans d’autres environnements et secteurs. Sur le plan de la méthode, il serait par exemple intéressant de faire un benchmark des pratiques en vigueur dans l’aéronautique, etc… Nous faisons donc remonter des points très concrets dans la discussion, ce qui permet parfois d’aboutir à un projet validé par la commission.

La participation aux groupes de travail du GIFEN représente bien sûr un investissement en temps et en réflexion, là où de plus grands groupes disposent parfois d’une direction de l’innovation dédiée à ces problématiques. 

Mais le GIFEN est avant tout un groupement très dynamique, ponctué par de nombreux événements qui permettent de mettre en relation industriels, fournisseurs… Cela permet d’apprendre, de savoir sur quoi la filière travaille : staffing, entreprise étendue, énergie du futur… les plans d’action sont parfois ambitieux et colossaux (voir notamment celui d’EDF). C’est donc une expérience qui enrichit encore l’expertise nucléaire des entreprises qui y participent !

Vous souhaitez en savoir plus sur Ametra Group ? Découvrez notre site officiel.

 

SOCIALICON
Linkedin
SOCIALICON