Les différentes technologies de fabrication additive

par | Nov 20, 2015 | Fabrication, Impression 3D

La fabrication additive désigne plusieurs technologies, qu’il s’agisse de produire des pièces métalliques ou polymères. Voici les principaux procédés utilisés selon les besoins de chaque secteur.

  • Fusion sélective par laser (SLM, selective laser melting) 

La fusion sélective par laser consiste à réaliser un modèle 3D via une succession de couches 2D. Chaque couche de poudre est fusionnée localement à la couche inférieure par le biais d’un laser puissant, au niveau d’un bac de poudre fine. Cette technique s’applique à la production de pièces métalliques.

  • Impression 3D

L’impression tridimensionnelle consiste en un dépôt mécanique de matière par couches successives. Autrefois réservée au prototypage rapide, l’impression 3D est désormais de plus en plus utilisée pour la fabrication directe de pièces. Cette technologie repose sur l’usage d’UV et permet de créer des pièces à partir de fichiers CAO.

  • Frittage sélectif par laser (FSL ou SLS, selective laser sintering)

SLS-3d-impression-ametra-bureau-etudes source Dans ce procédé de prototypage rapide, les couches 2D sont frittées par un laser CO2, c’est-à-dire chauffées et fusionnées, sans recours à un liant intermédiaire. Le FSL permet de travailler une grande variété de matériaux, ce qui conduit plusieurs secteurs à y avoir recours, tels que l’aérospatial, l’automobile, l’électronique…

  • Dépôt fil tendu (FDM, Fused deposition modeling)

Il s’agit ici de déposer un filament thermoplastique en fusion par l’intermédiaire d’une buse d’extruction. L’un des avantages de ce procédé est son coût moins élevé que d’autres.

  • Stéréolithographie (SLA, Stereolithography Apparatus)

stereolithographie-ametra-fabrication-additive © mrambil via Wikimedia Commons  La stéréolithographie est la plus ancienne des technologies d’impression 3D. Inventée dans les années 80, elle consiste à polymériser une résine liquide à l’aide d’un un laser UV. La SLA reste plutôt réservée à du prototypage, en raison notamment de la fragilité de l’objet créé et de la lenteur relative du procédé (qui implique également une phase de cuisson). La photopolymérisation ou le frittage laser, pour ne citer qu’eux, ont été fondés sur les bases de la stéréolithographie.

  • Modélisation d’objets laminés (LOM, Laminated Object Manufacturing) 

La modélisation d’objets laminés consiste à ajouter des feuilles de papier adhésif couche par couche, découpées par un laser selon la forme souhaitée.

Comment choisir le procédé le plus adapté à un projet ? Tout dépend de plusieurs critères : la quantité de pièces à produire, la complexité de l’objet final, le coût et bien sûr, les délais. Des calculs et simulations précis sont donc nécessaires pour préparer le recours à la fabrication additive. Un bureau d’étude mécanique capable de vous aider à choisir les matériaux et mener les simulations nécessaires peut faire la différence.


Par Alexis,
SOCIALICON
Linkedin
SOCIALICON