En France, pays où l’industrie nucléaire, civile mais aussi militaire, occupe une place importante, de nombreuses installations construites entre autres pendant les années 60 arrivent en fin de vie. Pour gérer leur arrêt et organiser une transition saine des sites et matériels concernés, le démantèlement est clé. 

Démantèlement nucléaire : de quoi parle-t-on ?

Le démantèlement nucléaire consiste à organiser l’intégralité de la mise à l’arrêt d’un site nucléaire (civil comme militaire) qui arrive en fin de vie, et ce en supprimant les risques que ce dernier pourrait poser pour l’environnement et la population. L’un des objectifs est aussi de rendre possible la réutilisation de ce site en vue d’autres utilisations. 

Au niveau du territoire français, cette opération ne peut être autorisée que par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), avec l’appui technique de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) dans le respect du décret MAD DEM (Mise à l’Arrêt Définitif et Démantèlement). 

L’ASN définit ainsi le processus : « le démantèlement concerne l’ensemble des opérations techniques effectuées en vue d’atteindre un état final prédéfini permettant le déclassement. La phase de démantèlement succède à la phase de fonctionnement de l’installation et se termine à l’issue du processus de déclassement de l’installation »

Ce type d’opération peut aussi concerner des armes ou encore des engins à propulsion nucléaire (porte-avions, sous-marins…). On estime aujourd’hui à 3 décennies le délai de démantèlement nécessaire d’une installation nucléaire en France, car les temps d’autorisation, de démantèlement et de déclassement sont longs (certains sont toutefois réalisés en 15 à 20 ans, notamment dans le cas des réacteurs à eau pressurisée).  

Un état des lieux à travers le monde et quelques chiffres pour saisir les enjeux

Près de 450 réacteurs de production d’électricité sont en exploitation à travers le monde… et 65% d’entre eux sont en service depuis plus de 30 ans !

  • 64 % des 301 réacteurs à eau pressurisée (REP) fonctionnent depuis plus de 30 ans;
  • 77 % des 75 réacteurs à eau bouillante (REB) fonctionnent depuis plus de 30 ans;
  • Sur plus de 140 réacteurs nucléaires, 15 ont été entièrement démantelés et 50 sont en cours de démantèlement; 
  • En France, 19 installations (usines, réacteurs, laboratoires) ont été démantelées. 70 le sont dans le monde. 

Les étapes clés du démantèlement en France

L’opération comporte plusieurs dimensions indispensables : l’arrêt complet de l’exploitation, bien sûr, mais aussi la démolition des bâtiments, des mesures de radioprotection pour les intervenants sur le chantier ou encore la gestion sécurisée de l’évacuation des déchets radioactifs. 

Il est important de noter que chaque pays peut privilégier une approche différente en matière de stratégie de démantèlement d’une installation nucléaire, telles que définies par l’AIEA : le confinement, le démantèlement différé et le démantèlement immédiat. Ce dernier permet de ne pas abandonner le démantèlement aux générations futures. C’est un choix rendu possible aujourd’hui grâce aux avancées et à la maîtrise des technologies de télé-opération et au développement de filiales de gestion des déchets.

La réglementation française pousse d’ailleurs en ce sens. La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte promeut le principe du démantèlement immédiat des installations nucléaires, à savoir un démantèlement le plus tôt possible après l’arrêt définitif de l’installation. 

 

  • Le démantèlement d’un site 

 

Différentes étapes sont prévues : l’arrêt définitif, le démantèlement partiel incluant la destruction des bâtiments, ainsi que le démantèlement intégral du bâtiment réacteur. Enfin, les matériaux dangereux et matières fissiles sont entreposés pour une longue période.

 

  • Le démantèlement des bâtiments à propulsion nucléaire

 

Ce cas concerne notamment les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE). Deux démarches distinctes sont nécessaires : le démantèlement lui-même, qui porte sur les opérations touchant à la sécurité nucléaire, et la destruction, qui pour sa part touche à la gestion de la coque après séparation de la tranche réacteur. C’est à la DGA que revient la maîtrise d’ouvrage du démantèlement, et à Navalgroup la maîtrise d’œuvre. 

Voici comment l’ASN synthétise les phases de vie d’une INB (Installation Nucléaire de Base) :

© ASN

Dans tous les cas, une opération de démantèlement comprend l’évacuation des équipements, matériaux, composants, l’élimination de la radioactivité du site, ainsi que l’assainissement des structures voire la démolition des bâtiments (dans le cas des réacteurs de puissance).

Suite à l’opération, le site peut être considéré comme “green field” (n’importe quelle utilisation ultérieure est possible) ou “brown field” (utilisation industrielle au sens large). 

Les grands chantiers du moment

EDF travaille sur la déconstruction de 9 réacteurs nucléaires de première génération (et de technologies différentes). D’autres installations sont aussi en cours de démantèlement, du côté d’AREVA et du CEA. Certains chantiers concernent l’ensemble d’un site, d’autres visent “seulement” les ateliers.

Parmi les opérations de démantèlement, on peut citer : 

  • La centrale de Fessenheim
  • Le réacteur de Chooz A dans les Ardennes
  • La centrale des Monts d’Arrée
  • Les 6 réacteurs UNGG
  • Les 6 installations du projet PASSAGE du CEA
  • Les sous-marins de la série “Le Redoutable”

Les projets concernent aussi bien des réacteurs de puissance que des réacteurs de recherche, des ateliers et laboratoires, ou encore des sous-marins nucléaires.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter cette carte interactive des démantèlements nucléaires en France.

© IRSN

L’innovation continue au service du démantèlement nucléaire

Les acteurs de la filière maîtrisent déjà et continuent de perfectionner les techniques permettant de toujours mieux maîtriser le démantèlement d’une installation. Ces innovations impactent tous les domaines :

  • Techniques de décontamination et de caractérisations ;
  • Techniques de découpe ; 
  • Optimisation du traitement et du conditionnement des déchets ; 
  • Recours à la simulation 3D, à la réalité virtuelle et à la réalité augmentée ; 
  • Recours à la robotique.

Parallèlement à ces progrès, l’IRSN accélère les recherches et études pour soutenir l’expertise de sûreté des opérations de démantèlement et améliorer les connaissances sur différents sujets (termes sources, comportement des équipements, transferts d’aérocontaminants, métrologie…).

On le voit donc aujourd’hui : les activités de démantèlement vont occuper une place importante dans les décennies à venir. Ametra Group s’engage à capitaliser sur les technologies, les ressources, ainsi que les compétences dont la filière a besoin dans cet environnement. Ce savoir-faire peut par exemple passer par l’installation générale, la machine spéciale, la simulation 3D, la réalité augmentée… 

Ametra prend activement part à des projets de pointe dans le secteur du nucléaire depuis plusieurs années auprès de grands acteurs comme ORANO DS, ONET Technologies ou encore Westinghouse bien sûr, mais aussi dans le cadre des groupes de travail du GIFEN

Pour en savoir plus sur les métiers et le savoir-faire d’Ametra Group, découvrez dès maintenant notre site officiel  et n’hésitez pas à nous suivre sur LinkedIn et YouTube pour ne rien manquer des actualités du groupe.

SOCIALICON
Linkedin
SOCIALICON