Témoignage – comment mieux travailler avec l’Inde ?

Témoignage – comment mieux travailler avec l’Inde ?

Depuis près d’un an, Ametra Group est implanté en Inde dans le cadre d’une joint-venture avec Nucon, une entreprise d’Hyderabad. Ce projet implique déjà une quinzaine de Français, dont 2 managers à temps plein. Cette ouverture à l’international permet d’accompagner nos clients, des secteurs aéronautique et défense liés au programme Rafale et d’envisager de nouvelles opportunités dans les mois et années à venir. Cette présence en Inde permet aussi de générer de l’activité nouvelle sur le sol français, puisque la première phase du projet (industrialisation, étude ou encore fabrication des prototypes) est toujours réalisée en France. Dans ce contexte, comment bien travailler avec l’Inde et gérer sereinement son internationalisation ? Plusieurs points ont permis à Ametra de s’implanter dans ce pays de manière fluide et efficace. Sécuriser efficacement le projet d’un point de vue technique Pour ce faire, il est conseillé d’envoyer un manager connaissant parfaitement les produits et les clients, accompagné d’un manager au profil d’expertise plus technique afin notamment d’organiser la mise à niveau du personnel et de sécuriser le projet. Cela permet de s’assurer que les bonnes pratiques sont respectées, que l’ensemble des équipes sait ce vers quoi il faut aller et connait parfaitement le produit fini. Un autre axe d’action fait la différence : réaliser en France les premières séries et les prototypes, afin d’anticiper toutes les problématiques qui pourraient être rencontrées par la suite, ainsi que les procédures à respecter. Cela permet de sécuriser le projet en traçant un sillon en amont avant de transmettre les éléments en Inde. Enfin, avant la livraison finale en France, une série de vérifications, de photographies, de mesures,...
Les facteurs clés de succès pour un projet multi-métiers étude et fabrication

Les facteurs clés de succès pour un projet multi-métiers étude et fabrication

Identifier les facteurs clés de succès d’un projet multi-métiers étude et fabrication, c’est procéder à une analyse à la fois interne et externe de ces derniers. Les facteurs clés de succès internes Ils sont de plusieurs ordres : L’orientation stratégique d’une entreprise : pour pouvoir réussir étude et fabrication au sein d’un même projet multi-métiers, il faut que tout le groupe aille dans le même sens. Pour cela, il faut typiquement avoir des ressources à double compétence, c’est-à-dire des personnes qui ont la connaissance des contraintes techniques de l’étude et de la fabrication.  La synergie que l’on met en place entre le bureau d’études et la production. Cette synergie est la clé de voûte. Il faut que les gens communiquent, comprennent les problématiques des uns et des autres, connaissent les différentes équipes, leurs méthodes et participent à des réunions conjointes pour le brainstorming. Cela permet aussi d’être force de proposition auprès des clients. Cette synergie passe aussi par une approche de la R&D avec une connaissance de la production. C’est un point fondamental et plutôt rare, car il faut des ingénieurs qui savent prendre en compte les contraintes de production et penser au-delà de la conception. Comment le produit va-t-il s’intégrer dans un système final ? Il est nécessaire de réfléchir au-delà de la conception, en anticipant la pénibilité pour les compagnons qui réalisent la fabrication, en anticipant l’intégration de l’ensemble, l’installation, la maintenance, la réparation… Cette approche industrielle de la R&D est un gros point fort et un véritable facteur de clé de succès, qui permet d’apporter des solutions différenciantes aux clients. Les facteurs clés de succès externes...
Ametra et l’entreprise étendue : comment assurer la continuité numérique

Ametra et l’entreprise étendue : comment assurer la continuité numérique

Pilier de l’usine du futur et de l’industrie 4.0, la continuité numérique consiste à disposer de l’ensemble des informations numériques sur un produit tout au long de son cycle de vie.  C’est un véritable défi, dans la mesure où cela implique d’intégrer des données hétérogènes, provenant bien souvent de sources diverses. Fichiers Excel, fichiers CAO, plans…tout en gardant en tête que le cycle de vie ne s’arrête pas à la livraison du produit au client. Cette continuité passe aussi par la capacité à décloisonner l’organisation et à capitaliser les expertises pour faciliter l’accès aux informations, à briser les éventuelles barrières entre la conception et la fabrication. Ses enjeux sont nombreux : diminution du time-to-market, gains de productivité, limitation des itérations inutiles (notamment entre les différents briques du système d’information) …   Dans le contexte du Groupe Ametra, cela implique notamment de suivre un processus industriel sans passer par la case papier, voire par l’étape prototypage, et donc de passer directement de l’idée du bureau d’études à la production (jusqu’à l’atelier par exemple).  Un véritable système de travail collaboratif est mis en place, de manière à concevoir de manière plus agile, plus souple, et d’assurer ainsi la continuité numérique attendue.  Par exemple, un dessinateur en bureau d’études va pouvoir venir travailler une pièce en ligne sur son écran, et celle-ci va apparaître directement sur l’écran de l’atelier du prototypiste, en direct et sans intermédiaire. De ce point de vue, la continuité numérique est très pragmatique !   Du travail collaboratif à l’entreprise étendue La continuité numérique est un premier pas vers l’entreprise étendue. Des entreprises peuvent être branchées de façon sécurisée sur...
ISO 9001, EN 9100… How do you ensure quality monitoring ?

ISO 9001, EN 9100… How do you ensure quality monitoring ?

In every aspect of our business, from a project management process dedicated to performance guarantees, through discussions with clients, a strong culture of internal communication and ISO 9001 and EN 9100 certifications, the AMETRA Group strives to ensure quality monitoring at all levels of the company. 1- The quality approach is an integral part of operations As a company that’s ISO 9001 certified for its quality management, the AMETRA Group has implemented a specific project management method called P2P.  This method notably outlines the procedures to be followed and how to monitor their implementation. Each design office aims to ensure the highest quality delivery possible, from the study, calculations, prototype creation, to a precise and demanding selection of suppliers. Suppliers are chosen from an approved panel and their performance is regularly evaluated. This quality approach also entails a double level of formal monitoring: self-verification by the designer, verification by the project manager or a dedicated person. Finally, internal audits are conducted to ensure that procedures are completely followed within the different agencies: has the process been put in place?  Is it effectively implemented at all stages of the project? This constant requirement for quality aims to ensure the satisfaction of each client. 2- Customer needs and requirements identified at the outset of the project To ensure the quality and performance of each project, it’s important to conduct an accurate review of the requirements, which allows us to create a requirements matrix and a process map.  This not only guarantees the project’s performance, but also ensures that the project’s implementation quality is guaranteed from the outset. 3- Teamwork based on...
La R&D au cœur d’un bureau d’études

La R&D au cœur d’un bureau d’études

En matière de Recherche et Développement (R&D), les entreprises ont plusieurs options à leur disposition : faire appel à un contrat temporaire, à de l’intérim… ou bien opter pour un bureau d’études (BE) capable de mener à bien les recherches via une cellule dédiée. Les avantages d’une cellule R&D dans un bureau d’études Cette solution apporte une forte valeur ajoutée à différents niveaux : 1)   L’optimisation des délais, de la productivité et des coûts Opter pour un bureau d’études en charge de la R&D permet d’assurer que les compétences et collaborateurs sont entièrement dédiés au projet. Pour l’industriel, cela limite les coûts de formations et les éventuels investissements “externes” à l’activité. Une cellule R&D intégrée au BE offre aussi une forte adaptabilité à la charge. Cette souplesse permet aux industriels d’obtenir une vraie vision financière de leurs investissements, sans avoir à se soucier de la gestion des ressources humaines, des coûts supplémentaires qui surviennent fréquemment, des périodes où les besoins sont plus faibles ou, à l’inverse, en augmentation importante. Au final, chaque projet fait l’objet d’un accompagnement sur-mesure personnalisé et maîtrisé. 2)   Des capacités d’innovation remarquables Les compétences outils et techniques des ingénieurs permettent d’allier leur savoir-faire et spécialités à une forte créativité. Dans le cas du Groupe AMETRA, cette dimension est renforcée par une approche multi-niveaux et cross-sectorielle permettant de bénéficier de la fertilisation croisée et des retours d’expériences entre différents secteurs et projets. Décloisonnement des échanges et des perspectives, réflexions transverses sur de possibles transferts de technologies, de méthodologies, d’outils ou encore de compétences : la capacité à innover se trouve considérablement accélérée. 3)   La possibilité de...
Planification, la quatrième dimension…

Planification, la quatrième dimension…

Encadrer précisément des opérations de maintenance et pouvoir mettre en place une planification dynamique qui inclut notamment l’évolution de différents scénarios en fonction de leurs coûts, de leurs interactions et des déplacements dans l’espace (délais) est rendu possible par le recours à la 4D, via le logiciel SYNCHRO. Dans ce contexte, la 3D vient se mettre au service de la 4D. Cette dernière remplace les outils 3D habituels, y ajoute une dimension temps et rend ainsi possible une gestion affinée, immersive et évolutive des projets industriels. Comment la 4D améliore la planification et la maîtrise de la maintenance Concrètement, la technologie 4D connecte la maquette 3D du projet au planning d’exécution. S’il s’agit d’une solution qui peut être très utile dans le secteur du bâtiment (dans le cadre BIM par exemple), elle concerne en réalité l’ensemble de l’organisation industrielle. Ainsi, sur des développements de bâtiments industriels impliquant beaucoup d’opérations de maintenance et des délais très tendus pour cette dernière (équipement nucléaire critique, etc.), avoir recours à Synchro au sein d’un bureau d’études va permettre de travailler en amont pour valider la faisabilité du projet, proposer des amendements… Le logiciel permet d’analyser tous les flux d’utilisation d’ateliers et de passages en fonction de scénarios donnés, sur lesquels il va être possible d’analyser comment les 3D s’assemblent, bougent et si l’organisation est compatible avec un temps fixé en maintenance. En superposant les trajectoires des produits, Synchro va permettre d’analyser les contraintes de flux qui peuvent se croiser et les zones susceptibles d’être inutiles pendant le processus. Ce qu’apportent la 4D et Synchro au travail des bureaux d’études Plutôt qu’une approche “traditionnelle”...
SOCIALICON
Linkedin
SOCIALICON