Projet Bosphore : comment le groupe Ametra a contribué à la conception du plus long pont suspendu au monde

Projet Bosphore : comment le groupe Ametra a contribué à la conception du plus long pont suspendu au monde

Au mois de mars 2022, la Turquie a inauguré le “pont de Canakkale 1915” au-dessus du détroit des Dardanelles, frontière naturelle entre l’Asie et l’Europe. Long de 4608 mètres et d’une portée (distance entre les 2 piles) de plus de 2 kilomètres, il décroche le record du plus long pont suspendu au monde. Un système de capteurs ambitieux et complet  Le groupe Ametra, via sa filiale Styrel, a travaillé sur des coffrets destinés à monitorer et mesurer en permanence les conditions environnementales et les réactions du pont.    Ces coffrets consistent en des boîtiers à l’intérieur desquels se trouve de l’électronique permettant à un ensemble de capteurs de prendre des mesures physiques du pont : vibrations, déformation physique, accéléromètres, mesures thermiques, optiques, surveillance des caractéristiques physiques du pont pour voir si la structure ne subit pas de dommages…  Tout est conçu pour assurer un système fiable et exhaustif de monitoring.  De par sa taille et son emplacement, le pont peut par exemple connaître des effets Venturi (ce qui historiquement a provoqué plusieurs écroulements de ponts à travers le monde). Il était donc important de tout mettre en place pour suivre l’intégralité des mesures physiques disponibles, de la température de la chaussée à celle des câbles de maintien en passant par la mesure des distances, l’écartement entre les piles ou encore celui des suspentes.  Avec tous ces capteurs et boîtiers, Ametra a contribué à mettre en place un système très complet pour s’assurer que le pont ne connaisse pas de déformation trop prononcée qui dépasserait les limites fixées par ses ingénieurs, architectes et concepteurs :  vents (jusqu’à 250 km/h) pression...
Sûreté Nucléaire : Ametra a obtenu la qualification UTO !

Sûreté Nucléaire : Ametra a obtenu la qualification UTO !

Après un processus d’audit sur plusieurs mois, le groupe Ametra a obtenu sa qualification UTO.  Mise en place par l’entreprise EDF, cette dernière permet de sélectionner et qualifier les prestataires qui interviennent sur les installations nucléaires françaises (centrales, réacteurs…). La qualification UTO est délivrée après un examen attentif réalisé par des experts EDF. Elle garantit un haut niveau d’exigences relatives à la sécurité, la radioprotection et de manière générale à la sûreté nucléaire. Ametra a démontré que toutes les compétences étaient réunies pour garantir des standards élevés lors des projets au service du groupe EDF. Depuis plusieurs années déjà, nos collaborateurs apportent leur expertise à différents acteurs de la filière nucléaire : Technicatome, Framatome, etc.  Afin de pouvoir étendre nos interventions aux projets directement orchestrés par EDF, nous avons fait le choix de nous lancer dans ce processus de qualification, entamé dès l’automne 2020 :  travail préparatoire pour prendre en compte l’intégralité des exigences spécifiques au nucléaire et aux contraintes de sûreté ;  sensibilisation du personnel pour bien comprendre les enjeux du travail sur des équipements en centrale ;  implémentation de tous les standards et processus nécessaires à la limitation maximale des risques d’accidents nucléaires dans le cadre des travaux effectués pour EDF ; mise en place de processus de double vérification et de règles de conception spécifiques pour éviter les dommages sur les installations ;  Un an plus tard, le groupe s’est vu remettre sa qualification UTO et a pu poursuivre deux projets importants portant sur des travaux de calculs et de simulation numérique sur des éléments en centrale nucléaire.  Et pour la suite ?  Un expert EDF...
Euronaval 2022 comme si vous étiez

Euronaval 2022 comme si vous étiez

Plus de 450 exposants, 150 délégations officielles françaises, européennes et mondiales, 350 journalistes accrédités : le salon Euronaval 2022, qui s’est tenu du 18 au 21 octobre, a permis de découvrir tous les futurs équipements, innovations technologiques et expertises de différents acteurs privés et institutionnels dans le domaine naval.  Zoom sur les temps forts de ces 4 jours de salon.  La star du salon : Naval Group et la DGA ont présenté le PANG C’est sans conteste l’un des plus gros temps forts d’Euronaval 2022 : la Direction Générale de l’Armement et Naval Group ont dévoilé la maquette du porte-avion nouvelle génération (PANG).  © Ametra  Avec une mise en service prévue en 2038, ce dernier mesurera 310 mètres de long pour un poids de 75000 tonnes, pourra accueillir 40 avions et hélicoptères de combat et près de 2000 hommes, ce qui en fera alors le plus grand navire de guerre européen. La DGA et et l’agence de l’innovation de défense (AID) ont également présenté d’autres matériels inédits et projets d’avenir : drones navals du programme SLAM-F (système de lutte anti-mines marines du futur), projet d’innovation franco-japonais DM/DE-Micta, Xtend Explorer, Drix, Proteus, mais aussi Josepha (une nouvelle technique de soudure par friction), Helma-P, un système de lutte anti-drone qui utilise un laser en cours d’étude et évaluation pour sa partie maritime ou encore Anaïs, un projet d’analyse des incohérences de situation maritime, issu de l’innovation participative et actuellement expérimentée par la marine nationale. Les 4 lauréats des Euronaval Awards for naval innovation : de nouvelles technologies impressionnantes !  Plutôt que de créer un podium, le jury des Euronaval Awards a décidé...
Nouveaux locaux à Paris Sud et Bordeaux : Ametra s’agrandit !

Nouveaux locaux à Paris Sud et Bordeaux : Ametra s’agrandit !

Le groupe Ametra, c’est avant tout un ensemble d’agences régionales destinées à être implantées au plus près de ses clients. La proximité compte ! Deux d’entre elles ont récemment déménagé.  Déménager ses bureaux en Ile-de-France ou dans la région bordelaise, rien de plus commun a priori… sauf lorsque ce type de déplacement a pour objectif principal d’améliorer la vie de ses collaborateurs tout en étant au plus près de ses clients.  Comment se traduisent ces choix ?  On fait le point dans cet article. Une meilleure qualité de vie au travail, ce n’est pas une déclaration : c’est très concret L’évolution des modes de travail appelle une adaptation de l’environnement dans lequel les collaborateurs travaillent au quotidien. C’est pourquoi les nouveaux locaux choisis par Ametra permettent de : gagner en espace (+50% de superficie en moyenne) ; créer de nouveaux espaces hybrides de travail : chaises hautes, alcôves pour des échanges plus informels au sein du bureau d’études… ; se réunir dans des salles de réunion plus conviviales ; favoriser les interactions entre jeunes ingénieurs et mentors grâce des assises déplaçables permettant d’évoluer d’un poste de travail à un autre en quelques secondes…  Ci-dessous, le choix d’aménagements hybrides pour répondre à tous les besoins   Désormais, les équipes de ces agences pourront profiter d’espaces évolutifs et conviviaux qui répondent aux différents modes d’interactions et besoins dans leur quotidien.  Autre point important : disposer d’un cadre de travail plus moderne, spacieux et agréable n’a de sens que si les collaborateurs n’ont pas de temps de transport supplémentaire à prévoir. C’est pourquoi Ametra a longuement cherché ses nouveaux bureaux dans les...
Helion Hydrogen Power : la pile à hydrogène  d’Alstom

Helion Hydrogen Power : la pile à hydrogène d’Alstom

La filiale d’Alstom Helion Hydrogen Power, acquise auprès d’Areva au printemps de l’année 2021, est un acteur clé de l’industrie hydrogène et des piles à combustible en France.  Helion conçoit, fabrique et commercialise des stacks pile à combustible de type PEM, ainsi que des systèmes hydrogène intégrés d’une puissance allant d’une centaine de kW à plusieurs MW.  Les champs d’application sont variés : ferroviaire, stationnaire, hors route et maritime, et ce en France comme à l’international. Le ferroviaire, au cœur de la stratégie hydrogène d’Alstom L’apport des piles à combustible est très différenciant dans le secteur ferroviaire. A l’heure actuelle, la majorité des infrastructures est alimentée en électricité via des catenaires. Mais les moteurs diesel restent très utilisés et près de la moitié du réseau européen génère des émissions très importantes de CO2. Avec les piles à combustible, qui représentent une alternative propre solide pour les besoins d’autonomie supérieure à 1000 km, le secteur va pouvoir évoluer vers son objectif de zéro émission.  Helion travaille déjà sur des trains à hydrogène (de type locomotive et fret), ce qui fait d’Alstom le premier acteur au monde à mettre en service des trains régionaux à hydrogène (Coralia iLindt a été le 1er à circuler sans émission dès 2018). Des applications qui dépassent la seule industrie ferroviaire La pile à combustible Helion fait (entre autres) aussi parler d’elle dans le secteur maritime. La Région Occitanie a ainsi commandé un navire hybride au début de l’année ; la PAC servira au chantier naval PIRIOU à équiper la future drague hybride à propulsion diesel et hydrogène, une première mondiale ! Pour les opérations à...
Les Chantiers de l’Atlantique au coeur de l’innovation et de la transition énergétique maritime

Les Chantiers de l’Atlantique au coeur de l’innovation et de la transition énergétique maritime

Montée en gamme, investissements massifs pour améliorer les performances énergétiques et l’empreinte carbone :  Les Chantiers de l’Atlantique, chantier naval situé à Saint-Nazaire et l’un des plus grands au monde, multiplie les innovations pour passer d’une image iconique (paquebots Normandie, Queen Mary 2, France…) à celle d’un leader en développement durable du secteur maritime.  Les Chantiers de l’Atlantique, c’est avant tout le lieu de conception et de fabrication des plus gros paquebots de croisière au monde. Souvent pointée du doigt pour sa dimension énergivore, cette industrie fait l’objet de recherches actives pour être plus performante écologiquement et à la pointe de l’innovation. Les Chantiers de l’Atlantique vont loin dans ce sens : énergie, recours à l’hydrogène, démonstrateur de voiles 100% composite Solid Sail (avec un démonstrateur sur la baie de Saint-Nazaire…), projet de transport de pièces d’Ariane 6 vers Kourou… Pour réduire l’empreinte carbone des bateaux, la stratégie est aussi de s’orienter vers la conception de paquebots de plus petite dimension avec un fort niveau d’exigence, de passer de vaisseaux “usines” à des bateaux de luxe (ce que l’on voit notamment avec la signature d’un contrat pour deux yachts haut de gamme avec le groupe hôtelier Carlton).  Objectif : des bateaux plus hauts de gamme et de nouveaux standards de développement durable dans la construction maritime Comme le précise l’entreprise sur son site officiel, “Ces dix dernières années, notre politique de recherche et développement s’est ainsi concentrée sur des domaines tels que l’efficacité énergétique des navires que nous construisons, la réduction de tous les déchets et polluants et la diminution des émissions des gaz à effet de serre. Nous...
Linkedin
Linkedin
Share