AMETRA et la RATP : des tapis de voies à l’automatisation du métro parisien

AMETRA et la RATP : des tapis de voies à l’automatisation du métro parisien

AMETRA et le groupe RATP : la construction d’un partenariat durable Depuis 2015, AMETRA s’est rapproché du Groupe RATP en proposant son expertise en matière d’ingénierie ferroviaire, aux départements MRF (Matériel Roulant Ferroviaire), et Ingénierie dont notamment l’unité STF (Systèmes du Transport Ferroviaire).   Ce partenariat s’est traduit concrètement dès 2016 des travaux auprès de la Cellule Conception Système, sous forme de prestations forfaitaires avec engagement de résultat. L’expertise AMETRA au service de l’automatisation de la ligne 4   En 2017, AMETRA a été sélectionnée par la RATP dans le cadre de l’automatisation de la ligne 4 du métro. La RATP envisage en effet d’installer des portes palières sur les quais, comme c’est le cas aujourd’hui sur la ligne 14 par exemple. Cette dernière repose sur un système de rames automatiques dirigées par tapis de voies. Or une période délicate existe entre la mise en place des portes palières et l’arrivée en exploitation des rames automatiques. Pendant toute cette période, la RATP doit s’assurer que l’arrêt en station des rames non automatiques est compatible avec l’installation des portes palières. Dans ce contexte, AMETRA produit des études sur cette problématique, afin de garantir le bon fonctionnement des rames pendant cette période de transition, et sera en charge de la réalisation des Dossiers de Conception Pilotage Automatique (DPCA) pour une période de 18 mois. Pour en savoir plus sur les activités d’AMETRA, visitez notre site officiel dès maintenant. Par...
Aménagement intérieur aéronautique : les sièges luxe

Aménagement intérieur aéronautique : les sièges luxe

La concurrence est de plus en plus intense en matière d’aménagement intérieur des avions, en particulier au niveau de la classe Affaires des compagnies aériennes (business class). Bien sûr, un socle d’attentes reste commun quel que soit le type de cabine ou de siège : Optimiser l’espace occupé et le confort du passager ; Alléger la masse ; Augmenter les performances et le confort sans augmenter les coûts ; Faciliter la maintenance ; Proposer des produits « customisables » ; Le travail sur les sièges premium doit, en plus de ces critères, prendre en compte des attentes spécifiques aux classes business et first. Aujourd’hui par exemple, le « 3F » est devenu incontournable. Les compagnies comme les passagers exigent du « Full flat, full access et full privacy ». Cela signifie concrètement qu’il faut concevoir des sièges qui se transforment en lits entièrement plats, avec un accès aisé aux couloirs et un niveau élevé d’intimité… combiné à la possibilité de communiquer facilement d’un siège à l’autre si les voyageurs le souhaitent. La modularité est une exigence forte aujourd’hui, tant sur cette capacité de communication d’un siège à l’autre qu’au niveau des transformations possibles dans toute la cabine. Il devient ainsi possible pour certaines compagnies de transformer une classe affaires en classe économique quand la saisonnalité s’y prête, et vice-versa ! Ces évolutions des attentes du marché accélèrent la course à l’innovation et font que le niveau de certaines business classes actuelles efface parfois les frontières avec la première classe, quand cette dernière est encore opérée à bord d’ailleurs – la classe affaires étant généralement plus rentable. Pour les ingénieurs des bureaux d’études, le challenge est d’autant plus important que ces évolutions viennent s’ajouter...
Optimisation topologique et fabrication additive: l’alliance gagnante ?

Optimisation topologique et fabrication additive: l’alliance gagnante ?

Gain de masse, liberté de conception, rapidité de production… l’optimisation topologique et la fabrication additive font la différence dans de nombreux secteurs, en particulier l’aéronautique. Qu’est-ce que l’optimisation topologique ? L’optimisation topologique est une méthode qui permet de diminuer le poids total d’une pièce ou d’un composant. Elle vise à distribuer la matière de manière optimale en se basant sur un ensemble de charges, de limites de volume de la structure, ou encore de conditions de l’utilisateur. Le principe est d’utiliser un logiciel pour optimiser la pièce en enlevant de la matière là où elle n’est pas utile, c’est-à-dire aux endroits où les efforts ne transitent pas. Cette opération est réalisée à partir des premiers jets d’un modèle 3D, ou depuis le scan 3D d’une pièce existante en vue de l’améliorer. Le logiciel va alors projeter différentes forces et charges sur la pièce. Il va permettre d’identifier les parties où ne passent pas les efforts, et qui donc ne sont pas utiles à la pièce. Le rendu final avec cette approche est souvent reconnaissable à son aspect plus « squelettique » et organique que les produits conçus de manière traditionnelle. L’importance de combiner fabrication additive et optimisation topologique Pourquoi les deux approches fonctionnent-elles bien ensemble ? En alliant l’optimisation topologique aux techniques de fabrication additive, le champ des possibles s’élargit considérablement : D’un côté, l’optimisation topologique permet de concevoir des géométries complexes que l’usinage traditionnel ne peut pas réaliser ; De l’autre, la fabrication additive permet de créer des formes tout aussi complexes qui ne peuvent être reproduites par des procédés conventionnels ; Impression 3D et optimisation topologique permettent donc d’accélérer et d’améliorer la création de...
Industrie aéronautique et technologies 3D : quels enjeux et quelles spécificités ?

Industrie aéronautique et technologies 3D : quels enjeux et quelles spécificités ?

Le contexte aéronautique mondial est caractérisé par une très forte concurrence. L’industrie aéronautique, qu’elle implique les compagnies aériennes ou le secteur militaire, est en recherche constante de réduction de coûts, de gain de masse et de fiabilité de maintenance… tout en améliorant l’expérience voyageur et en diminuant l’émission de CO2, pour l’aviation commerciale. Du scan 3D au recours à la fabrication additive, les technologies 3D révolutionnent déjà l’aéronautique… et ce n’est que le début. Aujourd’hui, comment est utilisée la 3D dans l’industrie aéronautique ? Parmi les exemples les plus connus de recours à la 3D dans l’aviation, on peut citer l’Airbus A350 XWB et ses 1 000 pièces imprimées en 3D dès 2014. Le constructeur poursuit d’ailleurs sur cette voie, tant pour la production d’attaches moteurs en titane et de fuselages que pour la standardisation des solutions Stratasys pour la chaîne d’approvisionnement de l’A350 XWB. General Electric, qui investit massivement dans la 3D, rencontre un succès exceptionnel avec ses moteurs LEAP, conçus avec Safran Aircraft Engines, qui intègrent 19 injecteurs de fuel imprimés en 3D. Grâce à la fabrication additive, le moteur est plus léger (25% de masse en moins), apporterait une durée de vie 5 fois supérieure à ses prédécesseurs, et ne nécessite plus qu’une pièce contre 18 parties à assembler avant ! La 3D ne concerne pas que les pièces qui composent l’avion. Il peut aussi s’agir de pièces utilisées pendant des opérations de maintenance ou de contrôle, telles que les protections de commandes de cockpit. Autre exemple en matière de maintenance : la société française BeAM utilise « le procédé CLAD® (Construction Laser Additive Directe) pour construire ou reconstituer des...
L’aménagement intérieur dans l’aéronautique : les challenges à relever

L’aménagement intérieur dans l’aéronautique : les challenges à relever

L’aménagement intérieur d’un avion ( L’aménagement intérieur dans l’aéronautique) est un marché en pleine explosion (+10% de croissance par an) qui comporte aussi bien le travail sur les sièges que sur le système d’in-flight entertainment (IFE), le design, les meubles de rangement et l’équipement pour le personnel navigant… Ces interventions peuvent se faire dans le cadre d’une nouvelle commande ou dans celui d’un réaménagement (retrofit). A l’heure actuelle, AMETRA compte parmi ses clients des sociétés classées dans le top 3 des meilleurs fournisseurs du secteur. En matière d’aménagement intérieur, nous intervenons non seulement dans le domaine aéronautique, mais aussi nautique (yachts, trimarans…). Ces deux secteurs partagent des points communs qui permettent de transposer le savoir-faire de l’entreprise de l’un à l’autre pour répondre aux exigences spécifiques de ces domaines d’activité. L’aménagement intérieur dans l’aéronautique : des attentes de plus en plus fortes Aménager l’intérieur d’un avion fait appel à un ensemble d’expertises pour répondre aux défis actuels des compagnies aériennes, qui incluent notamment : Proposer plus de place et de confort aux passagers. C’est l’un des chevaux de bataille des compagnies, et ce quelle que soit la cabine concernée. Cet enjeu est tel qu’environ 30% du prix d’un billet d’avion correspondent aux efforts d’aménagement intérieur. Améliorer le système de divertissement à bord, qu’il s’agisse des écrans, des prises USB ou PC, ou encore de la qualité des accoudoirs des sièges. Or ces éléments demandent une grande précision dans la mécanique, ce qui est d’autant plus complexe qu’ils sont à intégrer dans des environnements restreints. Concrètement, toutes les fonctionnalités d’un siège d’avion doivent être d’excellente qualité, innovantes, résistantes, harmonieuses visuellement… le tout en s’insérant...