Lionel, Auteur à Ametra
VBScript sous Catia : l’automatisation des tâches ingrates en Bureau d’études

VBScript sous Catia : l’automatisation des tâches ingrates en Bureau d’études

Qu’est-ce que CATIA ? CATIA (« Conception Assistée Tridimensionnelle Interactive Appliquée »), développé par Dassault Systèmes et commercialisé par IBM, est un logiciel de conception assistée par ordinateur permettant « de modéliser n’importe quel produit en fonction de son comportement réel». Bien que des concurrents de CATIA soient présents sur le marché, il reste le logiciel de référence pour les ingénieurs et a fait l’objet de plusieurs évolutions (V5 et V6 notamment). Voici deux exemples vidéo d’utilisation de CATIA (V5) : ·      Visual Basic Scripting / Generative Shape Design – CATIA V5 ·      Gear 3D Modeling in CATIA V5 by Programming (Efficiency of VBScript)  Le rôle important de VBScript dans le cadre de l’utilisation de CATIA VBScript est un langage de script qui peut fonctionner sous différents environnements. Son intitulé est un diminutif de Microsoft Visual Basic Scripting Edition. Dans le cadre du logiciel CATIA, VBScript permet d’automatiser un grand nombre de tâches répétitives : utilisation de macros, annotations, textes, remplissage des cartouches, récupération des propriétés des pièces… Il a également pour avantage d’être compatible avec Excel, ce qui permet aux ingénieurs de piloter une partie de leurs actions depuis ce logiciel, à partir de scripts. Si le gain de temps est important sur les familles de pièces, le succès de cette approche implique une grande rigueur du concepteur.   Ci-dessous, un aperçu de l’utilisation de VBScript avec Catia :   VBScript n’est pas le seul langage de ce type permettant d’automatiser des tâches répétitives sous CATIA. On peut par exemple également citer CATScript, même si VBScript reste l’un des plus utilisés dans les bureaux d’études. AMETRA utilise VBSCript sous Catia dans le cadre d’environ 40% de...
Garantir l’industrialisation d’un produit dès la conception

Garantir l’industrialisation d’un produit dès la conception

Le Cycle en V   Le cycle en V est un modèle conceptuel de gestion de projet né dans le monde de l’industrie, avant d’être étendu à celui des logiciels.   Son organisation permet d’éviter les itérations et de limiter les retours aux étapes précédentes dans le cas de la survenue d’un problème.   source   Comme on le voit sur le schéma ci-dessus, la branche descendante inclut les phases de conception, tandis que la branche montante incorpore les phases de tests du projet.   Cette approche prédictive traditionnelle est souvent opposée aux méthodes agiles. L’intégration d’expertises complémentaires   Pour formaliser les fonctionnalités du produit dès le départ, anticiper les coûts de développement et encadrer le déroulement du projet, il est important d’intégrer tous les participants le plus en amont possible afin d’éviter les itérations.   C’est ainsi que les clients deviennent de plus en plus partenaires de l’étude, afin d’allier leur expertise à celle des ingénieurs, mais aussi fournisseurs et outilleurs.   L’un des avantages d’AMETRA, dans ce cadre, est de pouvoir apporter une vraie vision industrielle qui permet d’anticiper au maximum le projet et de favoriser les échanges.   En résumé, il est important de confronter parallèlement différentes expertises et compétences précises dès la phase d’étude, d’intégrer les contraintes et de limiter ainsi les boucles itératives dès la conception du produit. Le rôle important de l’AMDEC   L’AMDEC, ou Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité, est une approche inductive et systématique qui consiste à identifier les défaillances potentielles avant qu’elles n’arrivent, afin de réduire les risques associés.   Elle se joue...
La fertilisation cross-industrie dans les projets de R&D

La fertilisation cross-industrie dans les projets de R&D

La fertilisation croisée est un atout considérable pour différents types de secteurs. Comment fonctionne-t-elle, et pourquoi est-elle si efficace dans le cadre des projets R&D ? Qu’est-ce que la fertilisation cross-industrie ?   La fertilisation cross-industrie, ou fertilisation croisée, consiste à appliquer les connaissances, ressources, méthodologies et pratiques d’un secteur à un nouvel environnement, afin d’en tirer le meilleur. Elle est définie par Savall et Zardet (1995) comme une « action de production enrichie par interaction de champs d’activité et de réflexion ». En matière de recherche & développement (R&D), la fertilisation cross-industrie permet de croiser les compétences et d’apporter un regard neuf sur un projet, offrant ainsi la possibilité d’améliorer les solutions existantes ou d’en concevoir de nouvelles sans être enfermé dans les réflexes traditionnels propres à une entreprise ou un secteur d’activité. Les piliers de la fertilisation croisée sont variés et complémentaires : Transmission d’outils et de méthodologies habituellement appliqués à d’autres domaines Apport d’un nouvel éclairage sur la manière d’envisager et de concevoir le produit Propositions de transpositions inter-secteurs pour sortir des habitudes établies Echanges humains permanents pour capitaliser les savoir-faire   Les avantages considérables de la fertilisation cross-industrie dans les projets de R&D   En transposant de bonnes pratiques d’un domaine à un autre (y compris dans le cas de transferts de technologies dans des environnements que l’on pensait « fermés »), de nouvelles possibilités de conception et de fonctionnement voient le jour.  Aéronautique, industrie, automobile… quel que soit le domaine concerné, une démarche de fertilisation croisée pose la question suivante : « peut-on (et comment) fonctionner différemment ? ». En analysant un projet avec l’œil neuf d’un concepteur généraliste ou d’un technicien, des perspectives de...