La prise en compte du facteur humain dans  les projets de développement

La prise en compte du facteur humain dans les projets de développement

Prendre en compte le facteur humain dans les projets, en particulier dans le secteur de la Défense, implique de spécifier les exigences qui permettent la prise en compte de l’utilisateur final dans le développement des équipements et outillages concernés. Il peut notamment s’agir des éléments suivants : Ergonomie physique (poste de pilotage, manutention d’équipements); Ergonomie visuelle; Prise en compte du stress opérateur dans les opérations; Interaction homme machine (IHM); Interprétation des données; Prise de décision… Cette réflexion est de plus en plus présente, au point que de nombreuses entreprises décident de créer un service dédié pour anticiper et gérer les facteurs humains. En réalité, évoquer ce thème implique deux sujets : le facteur humain à proprement parler (ergonomie, etc.), mais aussi la psychologie des utilisateurs finaux au travail. Des indicateurs sont souvent mis en place chez les clients, ce qui implique de bien intégrer cette dimension dans la manière de gérer chaque projet de développement. Cela fait naître de nouveaux items de spécification qui n’existaient pas il y a encore 5 ou 10 ans. Comment retranscrire de manière optimale une information ? Comment bien l’interpréter, à partir de quels symboles ? Comment raccourcir le processus entre l’homme et la machine, afin  que la compréhension de l’opérateur et ses prises de décision soient facilitées ? Ces questions évoluent aussi avec l’essor du numérique : réalité virtuelle et augmentée, tablettes, écrans… on trouve désormais des éléments plus visuels et ergonomiques, sur les postes de commande par exemple. Bien que l’on parle ici du secteur de la Défense, la problématique du facteur humain peut se retrouver dans tous les types de sociétés. C’est le cas par exemple pour des activités de manutention, lorsque des personnes doivent porter...
Santé du secteur défense : Engagez-vous dans le bureau d’études

Santé du secteur défense : Engagez-vous dans le bureau d’études

Le Secteur de la Défense connaît un regain d’activité, en particulier en France : à titre d’exemple en 2015, les exportations de matériel militaire ont quasiment atteint les 17 milliards d’euros, soit le double de l’année précédente – des sommes qui n’incluent bien sûr pas les dépenses nationales dans ce domaine…   Pour les techniciens et ingénieurs de bureaux d’études, la Défense est un secteur attractif sur de nombreux points. Voici pourquoi. La diversité des interventions possibles   Le secteur de la Défense implique un grand nombre de possibilités d’interventions nées de la variété de projection des forces, qu’elles soient terrestres, aériennes ou navales.   Pour les techniciens et ingénieurs engagés en bureau d’études, cela signifie la possibilité de travailler sur des produits (équipements radars, équipements optiques, équipements de communication,…), des systèmes complets (tels que des systèmes de missiles embarqués sur véhicules par exemple), mais aussi les outillages permettant de réaliser ces produits et les tests liés à leur développement et mise au point.   L’attractivité du secteur de la Défense repose donc notamment sur une large palette de projets et d’applications finales, souvent portées par d’importants budgets. La place d’un Bureau d’Etudes dans les projets de Défense   En France, les différents projets du secteur Défense vont généralement fonctionner par strates, de l’Etat français à la DGA en passant par les grosses entreprises industrielles, jusqu’aux PME ou entreprises de taille intermédiaire, à qui les donneurs d’ordres confient une partie de leur projet.   Dans ce contexte, le Bureau d’Etudes est le point focal où se concentrent les différentes exigences du client final. Spécificités et exigences du Secteur Défense  ...
Défense : adaptation système, capacité et flexibilité

Défense : adaptation système, capacité et flexibilité

En matière de produits dans le domaine de la Défense, un problème se pose très fréquemment : quel que soit le projet, les produits développés par le passé doivent faire l’objet d’un nouveau travail en vue de les personnaliser et de les adapter à chaque client, ainsi qu’aux nouvelles directives européennes ou lois nationales entrées en vigueur.   La Défense, un secteur marqué par de forts niveaux de spécifications et de customisations C’est par exemple le cas des missiles : changements de couleurs, modification du marquage et évolutions de la législation (dans le cadre du projet REACH* notamment) impliquent des investissements et délais supplémentaires à chaque nouvelle commande, même si le produit de base a déjà été développé. Qu’il s’agisse de systèmes de défense, de véhicules terrestres ou encore aériens, c’est donc toute une machine qu’il faut remettre en branle afin d’obtenir les bonnes certifications de valider des pièces et composants conformes aux attentes et aux lois… tout en respectant les délais impartis.   Comment relever ce triple défi de l’adaptation système, de la capacité et de la flexibilité dans le domaine de la Défense ?   Dans le cas de projets de Défense impliquant ce travail de fond sur la customisation et l’adaptation de produits existants, AMETRA se distingue auprès de ses clients par différents atouts : La connaissance et la maîtrise des produits, des technologies et des us et coutumes du secteur ; La capitalisation de ce savoir-faire, qui permet aux équipes d’AMETRA d’accompagner pleinement leurs clients ; L’agilité en matière d’intégration et de proximité de la collaboration (via un plateau ou centre de services par exemple). Cette proximité peut être géographique...
SOCIALICON
Linkedin
SOCIALICON